Growth @ Alan
20 maiBien-être au travail

Quatre idées pour favoriser le bien-être au travail

On pourrait s’en tenir à dire qu’un environnement de travail fondé sur le bien-être sera toujours plus productif qu’une atmosphère reposant sur la pression et le stress, mais il y aurait deux problèmes. Le premier, c’est qu’on a passé quelques siècles à penser le contraire et que ces pensées ont eu le temps de devenir la norme. Le deuxième, c’est que ça ferait un article un peu court.

La bonne nouvelle, c’est que depuis quelques années, on constate une volonté de ramener le bien-être dans les bureaux. On l’a vu dans un précédent article sur comment parler de la santé mentale au travail : il est important que les salariés puissent s’amener tout entiers au travail.

Plusieurs entreprises proposent des initiatives pour améliorer la qualité de vie au travail ("QVT"). Nous en avons adopté certaines et nous vous proposons d’en regarder quatre aujourd’hui, en se demandant surtout : pourquoi faire ?

Bien-être au travail Photo : Marvin Meyer (Unsplash)

Pourquoi se préoccuper du bien-être au travail ?

Se sentir bien et investi dans son travail peut ressembler à une nécessité primordiale, mais comme on l’a dit, c’est bien loin d’être un acquis. Alors plutôt que de prêcher des convertis, regardons des chiffres.

La Queen School of Business et la Gallup Organization ont réalisé des études sur les salariés en désengagement - celles et ceux qui perdent en implication dans leur travail, souvent à cause du sentiment que celui-ci a perdu son sens. Ces salariés ont un taux d’absentéisme 37% plus élevé que leurs collègues, 49% d’accidents supplémentaires et font jusqu’à 60% plus d’erreurs.

Pour la santé de l’entreprise elle-même, ça se traduit entre autres par un turnover 50% plus élevé et par deux fois moins de candidatures, dans des entreprises où le niveau de pression est considéré comme fort.

Des solutions pratiques

Pas de mystère : le bien-être au travail doit d’abord provenir d’une culture d’entreprise bienveillante. Ceci dit, même équipés des meilleures intentions du monde, quelques idées concrètes ne font pas de mal. Ces éléments n’ont pas vocation à remplacer, mais bien à alimenter notre culture et à mettre en place un environnement de travail vertueux.

Le sport en entreprise 🚴

Le plus souvent, on parlera d’abonnements à des salles de sport qui sont pris en charge en partie ou en totalité sur le budget du CSE de l’entreprise - on en parlait ici. Ça répond tout-à-fait à une problématique personnelle du sport, mais on peut aussi choisir d’aller plus loin et d’en profiter pour en faire une forme de team-building. Si le sport vient dans les bureaux - nous avons par exemple des cours de yoga proposés chaque semaine - ça peut être un moment de rencontre avec ses collègues.

DayOne-5 Le gainage suit l'équipe jusqu'en off-site. Photo : Léo Andrés

Et si c’est à l’initiative des employés eux-mêmes, ça peut devenir un rituel où l’on se motive les uns les autres. Chez alan, par exemple, on sait qu’il est presque 16 heures quand soudain, certains et certaines se lèvent et interrogent l’assemblée : « Gainage ? ».

Dans la minute qui suit, notre plus grande salle devient alors un océan de gens en position de gainage, ce qui peut inquiéter lorsqu’on passe par là sans s’y attendre. Ils ont commencé à cinq et ont gagné des adeptes de semaine en semaine. Nul ne sait jusqu’où ils iront.

Simplifiez-vous la vie avec alan !

Des garanties claires, 0 papier, un service client humain.
Découvrez Alan

Des plantes au bureau ☘️

Les plantes font partie de ces choses que l’on balaye trop rapidement d’un revers de la main, comme l’influence de la météo sur le moral.

Et pourtant, un ensemble d’études menées sur divers environnements de travail, relayées par Futura-Sciences relevait une corrélation assez claire entre la présence de plantes ou d’une vue sur de la verdure et une liste parfois étonnante d’autres facteurs. On y retrouve notamment la satisfaction au travail, l’absentéisme, certaines maladies respiratoires ou petits tracas de santé, voire même l’appréciation que l’on a de son manager.

À défaut de pouvoir planter des arbres devant sa fenêtre, les plantes peuvent donc aider. Attention toutefois : une étude effectuée par moi-même il y a trois semaines révèle les dangers pour la main d’un cactus 🌵placé derrière un angle traitre.

Du grignotage sain 🍉

Oxymore par excellence et déclencheur de mutineries dans un bureau : on a testé pour vous le grignotage sain, ou “snacks healthy” (en novlangue dans le texte). Le postulat de base est simple : on passe le plus clair de notre temps d’éveil sur le lieu de travail, alors autant faire attention à bien y manger. Ça passe évidemment par les repas, comme nous le dit Sabine Monnoyeur dans cet article de Welcome to the Jungle, qui doivent être aussi sains et équilibrés que possible, mais c’est souvent le grignotage qui a le plus de route à faire pour envisager la rédemption.

On pense évidemment aux fruits, qui partent assez vite de leur corbeille. Cela dit, il faut bien reconnaître que ce ne sont pas eux qui vont satisfaire la pulsion qui réclame du sucre, du gras et du chocolat. On s’intéressera donc à des biscuits plus sains et surtout moins sucrés. La frustration est souvent de mise au début, mais c’est une occasion de réhabituer ses goûts petit à petit.

Je lis, tu lis, nous lisons.

La crème des articles et podcasts alan dans votre boîte mail !

Le silence 🔇

Autre facteur que l’on a tôt fait de prendre pour acquis : un environnement de travail silencieux.

Si l’aphorisme “ça fait du bien quand ça s’arrête” nous parle à toutes et à tous, c’est parce que le cerveau a besoin de silence pour fonctionner correctement.

Michel Le Van Quyen, chercheur en neurosciences à l’INSERM, au Laboratoire d’imagerie biomédicale et auteur de “Cerveau et silence” en parlait au micro de France Inter. D’après lui, le silence (aussi bien externe que mental) favorise des fonctions aussi basiques que la mémorisation, la créativité ou la construction de soi.

La culture de l’écrit en place chez alan nous a permis d’y accorder une place importante de façon assez naturelle : il est rare d’entendre beaucoup plus que le cliquetis des claviers.

Pour celles et ceux pour qui c’est déjà trop, ou qui au contraire ont besoin de musique pour travailler, alan met à disposition des casques audio anti-bruits qui permettent à chacun de gérer son espace sonore.

De même, les discussions, les appels ou autres interactions auront lieu dans des espaces dédiés, lorsqu’ils ne prennent pas la forme d’une promenade.

Pour finir

On l’a dit : ces éléments concrets doivent contribuer à un cadre. L’idée est donc de voir lesquelles de ces idées pourraient s’intégrer et fonctionner pour vous et vos collègues.

Le bien-être a encore beaucoup de progrès à faire : la France n’est encore que 24e au classement World Happiness Report sur les années 2016 à 2018.

Le centre nerveux de toutes ces initiatives reste une culture d’entreprise positive. La nôtre reposant sur la transparence, nous avons choisi de la publier il y a 2 ans : n’hésitez pas à la parcourir. :)


Growth @ Alan

Plus d'articles de

La crème des articles alan

Dans votre boite mail. Garantie sans spam.

Populaires en ce moment

Populaire en ce moment

De la même catégorie