Velina
Therapist Lead @ Alan
9 maiBien être mental

Médias à petite dose et bien-être mental : pourquoi ça compte ?

Médias et équilibre mental

Covid, réchauffement climatique, guerre en Ukraine... Ce serait peu que de dire que ces dernières années ont impacté notre santé mentale. Et les chiffres partagés récemment en entreprise nous le prouvent : 1 salarié sur 2 remarque que son entourage professionnel est plus agressif depuis le Covid et 38% des salariés français sont en détresse psychologique, tandis que les troubles dépressifs majeurs et les troubles anxieux ont augmenté de 27,6 % et 25,5 % dans le monde avec l'épidémie.

Alors comment fait-on pour protéger sa santé mentale avec l’arrivée de la guerre en Ukraine et l’anxiété globale qui parcourt le monde ? Comment sauvegarde-t-on notre bien-être psychologique face à des événements qui sont hors de contrôle ?

🗞 Aller au delà des gros titres

Comment peut-on s'informer tout en protégeant sa santé mentale ?

De nombreux événements peuvent nous perturber, et le seul moyen de nous protéger individuellement est de transformer au maximum notre manière de réagir à ces événements. Cela commence par une consommation plus raisonnable (et raisonnée) des médias, ainsi qu’un travail sur notre manière de penser et d’interpréter les nouvelles.

“Je suis triste”, “Je suis en colère”, “Je suis choqué.e”, “Je ne veux plus avoir d’enfants”, “J’ai peur du futur”, “Je suis obsédé.e par ce qui se passe”... Depuis 2020, nous sommes nombreux à avoir au moins ressenti l’une de ses émotions, ou presque toutes ses émotions en même temps. Et ce (trop) plein d’émotions est légitime : toutes ces émotions sont valables.

Il n’est jamais conseillé d’ignorer ce qui existe : ni la réalité de l’information, ni la présence de vos émotions et sentiments. Mais il est possible de suivre l’information tout en se sentant mieux. L’idée ? Chercher le positif pour en ressentir davantage, et influer cette positivité autour de vous.

En effet, les événements difficiles qui ont perturbé nos vies sont à la base d’un cercle vicieux : quand nous sommes touchés par un choc médiatique, nous avons tendance à nous renseigner encore davantage sur cet événement. Et donc à augmenter notre consommation des médias. Il est aussi prouvé qu’après un événement fort, traumatique, nous nous inquiétons davantage pour le futur. Ce qui nous pousse à consommer toujours plus de médias ! Les images négatives passées en boucle ont tendance à agir directement sur notre cerveau émotionnel et à l’inquiéter.

Bien que les événements tragiques en cours méritent notre attention et notre compréhension, il est important de se rappeler qu’il y a aussi de bonnes nouvelles dans ce monde. Nous n'avons plus qu'à aller les chercher. La preuve qu’il y a aussi eu du positif dans le monde en 2021 :

  • 🐼 Le panda n’est plus en voie de disparition
  • 💪 Une deuxième patiente a été guérie du VIH sans traitement médical
  • 🏳️‍🌈 Les droits LGBTQIA+ ont progressé dans le monde

Un compte Instagram très intéressant intitulé le Média Positif propose des informations positives chaque jour, c’est un bon moyen de se renseigner sur des choses plus optimistes. Elles aussi méritent notre attention !

😌 Participer au progrès, à son échelle

Comment ne pas consommer de manière passive l'information qui nous affecte négativement ?

Il n’est pas possible de porter individuellement le poids du monde sur nos épaules. Et c’est ce qui arrive lorsqu’on est immergés de mauvaises nouvelles : cela nous donne une sensation de paralysie ou d’impuissance. Savoir ce qui se passe dans son quartier, son pays, dans le monde, est très important. Mais parfois, il y a trop d'informations. Scroller les articles sur nos téléphones n’améliorera pas la situation. Par contre, il est prouvé que le fait de se sentir utile peut nous aider à aller mieux ! 😇

Deux questions à se poser pour se sentir plus en contrôle et optimiste :

  • “Qu’est-ce que je ne peux pas contrôler dans cette situation ?”
  • Qu’est-ce que je peux contrôler dans cette situation ?”

Ce que vous ne pouvez pas contrôler est facilement identifiable : l’actualité qui nous préoccupe, ainsi que le possible dénouement de cette nouvelle. Le fait de ne pas savoir et de rester dans l’incertitude, va nous demander de redoubler de patience et d’optimisme.

En effet, “nous ne savons pas”, alors au lieu de s’imaginer le pire, essayons de réfléchir à ce que nous pouvons contrôler et changer pour nous sentir mieux :

  • Les sources d’information que l’on sélectionne
  • Ce que les nouvelles nous permettent d’apprécier davantage
  • Les différents résultats possibles de ces actualités
  • Ce que nous pouvons faire pour favoriser l'obtention de meilleurs scénarios

Se concentrer sur une contribution personnelle, quelle qu’elle soit, nous aide à avoir de l’impact sur ce qui nous inquiète.

La prochaine fois que nous nous sentons submergés par l’information, essayons un exercice simple : prendre conscience du moment où nos pensées vont vers les pires scénarios, et au lieu d’y rester, se rappeler que le monde peut-être meilleur. Puis se demander : comment puis-je aider pour faire de ce monde une réalité ? Le choix de l’activité ne tient ensuite qu’à nous : faire du bénévolat, créer un club, faire un don, s’impliquer...

L’idée est de se reconnecter à notre propre pouvoir, pour calmer toute anxiété et stress que les médias peuvent causer.

💜 Fixer des limites à sa consommation médiatique

Pourquoi faut-il être raisonnable avec la fréquence et la quantité d'infos consommées ?

Pour pouvoir réduire intelligemment notre consommation médiatique, il faut déjà en prendre conscience.

Regarder tous les chiffres, les graphiques, les photos... dès le réveil, pendant nos pauses, et ne parler plus que de ça “pour suivre l’information”, c’est bien pour être à jour. Mais cela nous affecte.

Alors comment réguler cette habitude de surexposition ?

  • 🕚 Posons-nous des limites de temps : prenons connaissance de l’actualité deux fois par jour au maximum
  • 🔕 Désactivons les notifications liées à l’actualité : elles ne font qu’augmenter notre anxiété et présentent un effet de saturation pour notre système émotionnel. Rien ne nous empêche d’aller regarder le média que nous avons choisis, au moment que nous avons choisi, quand nous en ressentons le besoin !
  • 🌳 Passons du temps sans téléphone : consacrons ce nouveau temps disponible à des activités qui nous font du bien.

Conclusion

Trois règles pour vous préserver des difficultés qui nous entourent : Essayer de contrebalancer les nouvelles négatives qui prennent souvent le dessus, en se renseignant sur ce qui se passe ailleurs.

  • Se concentrer sur des activités qui nous permettent d’avoir de l’impact sur ce qui nous stresse : transformer les émotions négatives en action et en prise de pouvoir
  • Ne pas mettre l’actualité sur pause, mais choisir ce que l’on consomme et minimiser les moments médiatiques

Notre application Alan Mind, disponible sur l’Appstore & le Playstore, vous permet d’accéder à des ressources validées scientifiquement et basées sur la TCC (Thérapie Cognitive et Comportementale) pour mieux gérer votre manière de réagir à l’actualité “catastrophique”. 🧘‍♀️

La crème des articles alan

Dans votre boite mail. Garantie sans spam.

Populaires en ce moment

Populaire en ce moment

De la même catégorie